Le processus de décision se fait au niveau du coeur !

Conseils au quotidien, Développement personnel / le 16 February 2013

Nous étions persuadés que nos décisions se prenaient de manière tout à fait raisonnée dans notre beau cerveau. Et bien non !

Une étude américaine a démontré qu’avant le moment où nous croyons prendre une décision, une partie de nous l’a en fait déjà prise.
Et cette partie, c’est le coeur, ou plus exactement les cellules myocardiques. Vertigineux.
Un stimuli part du coeur, se dirige vers notre cerveau et lui donne l’ordre de prendre telle ou telle décision. Cela engendre une réaction musculaire, nous prenons alors conscience du processus et avons, ainsi, l’impression de décider… Il n’en est rien !

D’où nos erreurs d’appréciation.

Car notre coeur, comme notre être dans son ensemble, interagit avec l’environnement dans lequel il se trouve. Si vous êtes totalement détendu, dans un endroit apaisant, vos pensées seront beaucoup moins agitées et vos prises de décisions plus fluides.
A l’inverse, lorsque vous êtes stressé, votre coeur se met en branle et va envoyer des signaux répondant à cet état. Un cercle vicieux est en marche et vos idées ne sont plus très claires.

Ainsi, pour prendre de bonnes décisions, mettez du coeur à l’ouvrage et RESPIREZ !
Si vous avez la chance de pouvoir vous promener dans une forêt, allez-y. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous détendre, fermer les yeux et l’imaginer. Respirez lentement et calmez votre esprit.
Votre coeur, serein, vous enverra les bons signaux.

Vous pouvez aussi faire des exercices de cohérence cardiaque.

La cohérence cardiaque, ou respiration 365, est issue de la recherche médicale en neuroscience et neurobiologie. Elle s’applique à la prévention et à la diminution de nombreux maux (maladies cardio-vasculaires, gestion du stress, troubles addictifs, etc.) et permet aussi, grâce à une pratique régulière, d’améliorer votre intuition, d’accroître votre champ de conscience et de diminuer vos angoisses.

Le cœur accélère et ralentit à chaque seconde, s’adaptant ainsi instantanément à votre environnement, à vos émotions et aux données transmises par votre cerveau.
Pour augmenter l’adaptation du système nerveux autonome aux changements et au stress, le cerveau et le cœur peuvent être mis en cohérence pour retrouver un équilibre. La cohérence cardiaque s’acquiert de manière naturelle lorsque vous ressentez des émotions positives, mais il est aussi possible de reprendre le contrôle grâce à la respiration. Le cœur se met alors en résonnance avec la respiration profonde et non plus avec le chaos environnant.

Comment faire ?
3 fois par jour, 6 respirations par minute (soit 6 inspirations par le nez et 6 expirations par la bouche) pendant 5 minutes, 365 jours par an.
Bien évidemment, respirez en gonflant votre abdomen et non votre poitrine !

À quels moments ?
Une séance au lever, elle augmente la capacité de réflexion et le processus de décision.
Une séance avant le déjeuner (ou 4 heures après la première séance).
Une séance au milieu ou à la fin de l’après-midi, qui vous aidera notamment à trouver un sommeil réparateur.

A lire : « Cohérence Cardiaque, 365 – Guide de la cohérence cardiaque jour après jour », du Docteur David O’Hare aux éditions Thierry Souccar

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *